Mort-check, le mal-être animal

Attention: images sensibles d'animaux en élevage et en abattoir à partir de 0:22

Le jambon 5 étoiles pour le bien-être animal” affiche une publicité de la Migros. Celle-ci fait la promotion de son label M-Check, un système qui prétend évaluer le bien-être des animaux exploités pour divers produits.

La Migros, responsable de la mort de 28 millions d’individus chaque année dans ses abattoirs Micarna1, semble oublier que la condition nécessaire à ce bien-être est avant tout d’être en vie.

Par une pure stratégie commerciale, le terme "bien-être'' est accolé au corps d’un animal mort en morceaux afin de conforter les consommatrices et les consommateurs dans leur conception idyllique d'un petit cochon heureux gambadant librement dans une prairie.

L’association Animal Rights Switzerland a porté plainte contre cette campagne publicitaire auprès de la Commission suisse pour la loyauté. Elle souligne ce non-sens : si la Migros se souciait véritablement du bien-être des animaux, elle ne ferait pas la promotion de produits carnés.

Il est temps de réaliser qu’il n’est pas possible d’exploiter et de tuer un animal avec respect. La Migros devrait plutôt se concentrer sur la mise en avant des alternatives végétales qui, elles, offrent réellement un bien-être animal 5 étoiles, en respectant les droits fondamentaux de ces êtres sensibles : leur droit à la vie et à la liberté.
 

Photo-Panneau-publicitaire-m-check-jambon.jpg

M-Check : une transparence douteuse

Derrière le label M-Check, se cache un système d’évaluation trouble, mis au point par la HAFL. Si les critères généraux sont publiés sur le site internet de la Migros2, il est en revanche difficile de trouver les détails du calcul de la note finale d’un produit. La qualité optimale étant représentée par 5 étoiles, on serait en droit de se demander pour quelles raisons les sticks de poulet M-Budget n’ont que 3 étoiles, par exemple.

Interrogée par email  au sujet des éléments concrets qui sont comptabilisés lors de l’attribution des étoiles, la Migros répond : “Publier sur notre site toutes les données disponibles ne sortirait toutefois pas seulement du cadre du dispositif; cela ne servirait pas non plus l'objectif d'une plus grande transparence. C'est la raison pour laquelle nous nous abstenons de publier ce type d'informations.”

Pour quelques rares produits, des évaluations plus détaillées sont cependant disponibles sur le site francophone3. En les étudiant, on s’aperçoit qu’un poids beaucoup plus important est systématiquement accordé au critère “Contrôle”. Cela permet aux produits d’obtenir des notes élevées quand les critères liés au bien-être animal, comme l’intégrité physique ou l’accès à la nourriture, sont au plus bas.

De plus, les critères de classement incluent des actes illégaux en Suisse, permettant ainsi une note élevée pour un produit qui serait tout simplement en accord avec la législation de notre pays. 

Concernant les cochons par exemple, la Migros déclare : “Pour cette évaluation, la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) veille avec la plus grande attention à ce que les porcelets soient systématiquement castrés sous anesthésie et à ce que les interventions particulièrement douloureuses (cisaillement des dents et coupage de la queue) soient interdites. Les boucles nasales doivent aussi être proscrites et entraînent des points négatifs dans la notation4.

De fait, le zèle de la HAFL n’est pas à remercier car ces pratiques sont déjà interdites en Suisse5.

Par contre, l’évaluation ne tient absolument pas compte d’aspects qui ont véritablement un impact sur le bien-être des animaux: le fait que leur vies soient drastiquement écourtées, la souffrance chronique, la séparation des petits et de leur mères, ou encore les pratiques d’abattage.

Une action à Fribourg

Face à tant d’hypocrisie, PEA a organisé une action à Fribourg pour dénoncer ce label et les pratiques de la Migros.


Il n'y a pas de bonne manière de faire quelque chose qui est injuste.
- Alizée Veron, membre PEA 
 


M-Check : un exemple de notation trompeuse

tableau-m-check-migros.PNG


Un des seuls tableaux d’évaluation disponibles en ligne, celui du produit “Ragoût de lapin M-classic, Suisse Garantie6, permet de comprendre concrètement comment le système M-Check dissimule des conditions d’élevage déplorables. On observe que ce produit obtient les notes suivantes:

  • 2 pour l’intégrité physique, à savoir : “les pertes sont-elles documentées et faut-il prendre des mesures à partir d’un seuil spécifié ?”.

  • 1.5 pour la catégorie “Nourriture et eau”, c’est-à-dire : “les animaux disposent-ils en permanence de nourriture et d’eau de bonne qualité et en quantité suffisante ?”.

  • 2.7 pour le “Comportement propre à l’espèce” : “l’enclos est-il suffisamment grand et entièrement couvert de litière, et tous les lapins disposent-ils d’objets à ronger ? Les lapins sont-ils élevés en groupes et disposent-ils de surfaces surélevées et de possibilités de se mettre à l’écart ?”.

Malgré ces résultats inquiétants, le produit s’en tire avec une note de 3.24 étoiles, et ce en grande partie grâce au coefficient x4 des points obtenus dans la catégorie “Contrôle” (un 4, qui signifie que le fournisseur est contrôlé tous les 2 ou 3 ans).
 


Sources

1. Chiffre valable pour l’année  2017, source : swissveg.ch/chiffresabattage ?language=fr
2. migros.ch/fr/entreprise/durabilite/produits-durables/conseils-astuces/m-check/bien-etre-animal/bien-etre-le-poulet.html#contexte (pour la volaille), consulté le 25 octobre 2021
3. migros.ch/fr/entreprise/durabilite/produits-durables/conseils-astuces/m-check/bien-etre-animal/bien-etre-animal-le-lapie.html#contexte, consulté le 25 octobre 2021
4. migros.ch/fr/entreprise/durabilite/produits-durables/conseils-astuces/m-check/bien-etre-animal/bien-etre-animal-le-porc.html#contexte consulté le 25 octobre 2021
5. blv.admin.ch/blv/fr/home/tiere/tierschutz/nutztierhaltung/schweine/eingriffe-schwein.html
"Interventions douloureuses chez les porcs : Le cisaillement des dents, la coupe de la queue, la pose de boucles nasales et d’agrafes de groin sont interdits. La castration de porcelets doit être réalisée sous anesthésie.
6. Le fichier peut être téléchargé sur la page (état du 25 octobre 2021) : migros.ch/fr/entreprise/durabilite/produits-durables/conseils-astuces/m-check/bien-etre-animal/bien-etre-animal-le-lapie.html#contexte