Journée Mondiale pour la fin du spécisme 2018

banniere_french2017.png

Cette année, dans le cadre de la JMFS - Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme, notre association, initiatrice de cet événement mondial, organise une grande Marche pour la fin du spécisme à Genève. C'est tout un week-end qui est en préparation et auquel nous vous invitons à participer. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé et les informations pratiques, qui vont encore s'enrichir au fil des jours. On se réjouit de vous voir fin août à Genève !

 

 

--> Infos pratiques en bas de cette page !

Samedi 25 août 2018

11h Ouverture du village de stands associatifs au parc des Cropettes (derrière la gare CFF), lieu d'arrivée de la marche. Petite restauration végane.

13h Rassemblement et discours devant la cathédrale Saint-Pierre (Vieille-Ville de Genève). 

14h Départ de la marche (durée environ deux heures, plusieurs happenings et discours auront lieu le long du parcours)
Tout l'après-midi : village associatif de stands (parc des Cropettes, derrière la gare de Cornavin, lieu d'arrivée de la Marche).

20h « After » de la Marche : buffet végane à prix libre, boissons au bar, concerts de Primitive Trail (CH - Experimental Music) et Le chef du village (CH - Rythm and Poetry) au Café Gavroche, boulevard James-Fazy 4 (près de la gare CFF)

Dimanche 26 août 2018

Conférences publiques toute la journée autour de la question du spécisme et du mouvement antispéciste, à la Maison des Associations, rue des Savoises 15 (quartier Plainpalais).  ! !NEWS ! ! Le romancier Camille Brunel sera là pour présenter durant la journée son nouveau roman, La Guérilla des animaux, et dédicacer des exemplaires. Vente du livre sur place. Programme détaillé et résumé des interventions:

9h30 Accueil, café

10h00 Mot de bienvenue, présentation de l'association PEA - Pour l'Égalité Animale et de la campagne JMFS

10h15 Antispeciesism and helping animals in the wild, by Oscar Horta
[ENG, PowerPoint traduit en FR] Antispeciesism entails active opposition to the discrimination of all animals, including both those that are exploited by humans and those who live in the wild. Concerning the latter, many people have an idyllic view according to which nature is like a great paradise to nonhuman animals. However, the evidence available shows this view is wrong, as there are several reasons why early death and terrible suffering prevail in the wild. In many cases there’s little we can do about this. But there are many other situations where help is being given to the animals who need it. Examples of this include rescues of trapped animals, hospitals and sanctuaries for sick, injured and orphan animals, and feeding and vaccination programs, among others. However, there’s little interest among life scientists, policy makers and even animal activists to investigate more about how to help animals in the wild more significantly. If we reject speciesism we should actively struggle to make disregard for these animals a thing of the past.
Oscar Horta has been involved in antispeciesist activism since the mid 90s. He’s been one of the founders of Animal Ethics and is a professor of philosophy at the University of Santiago de Compostela.

11h15 Pause café

11h30 Le matérialisme, un cadre d'analyse fécond pour penser le spécisme, par Axelle Playoust-Braure
Nous définissons souvent le spécisme comme étant « à l'espèce ce que le racisme est à la race et le sexisme au sexe ». Cette définition en analogie, bien que pleinement justifiée, met de côté le fait que les analyses anti-racistes et anti-patriarcales ont depuis longtemps substitué le terme genre à celui de sexe et complété le concept de race par celui de racisation. En quoi ces évolutions dans l'analyse des rapports sociaux de race et de sexe nous permettent-elles d'aller plus loin dans notre compréhension du spécisme ? C'est ce que nous nous proposons d'explorer dans cette intervention, en nous inspirant d'un courant théorique et politique qui, dès les années 1970, révolutionna la façon de penser les rapports sociaux de domination : le féminisme matérialiste.
Axelle Playoust-Braure est militante antispéciste et masterante en sociologie et études féministes à l'Université du Québec à Montréal.

12h30 Déjeuner

13h30 Comment se saisir du droit pour obtenir le changement ? par Olivier Le Bot
Les acteurs du droit animalier investissent de plus en plus le droit et les tribunaux pour faire valoir leur point de vue et obtenir des changements concrets dans les textes et principes régissant la relation entre l'homme et l'animal. Quelles formes prennent ces modes d'action ? À quels obstacles se heurtent-ils et quelle est leur efficacité ?
Olivier Le Bot est professeur de droit public à l'Université d'Aix-Marseille.

14h45 Histoire du mouvement animaliste : stratégies et répercussions, conférence collective

15h45 Moment d'échange, café

16h30 Table-ronde sur les stratégies militantes antispécistes

Liens utiles

Infos pratiques

L'hébergement à Genève étant coûteux, nous mettons à disposition un dortoir à prix libre (dortoir en abri souterrain de protection civile). Inscriptions (définitives) et informations détailéées sur ce formulaire. Il est également possible de rejoindre le groupe Facebook mettant en contact des personnes de Genève proposant un canapé, une chambre ou un lit d'ami-e durant le week-end. 

Le covoiturage est une option pour venir, ajoutez-vous à notre groupe Facebook dédié.

plan_lieux_web.png --> Pdf A3 du plan à télécharger

trajet_pied_web.png Capture d’écran 2018-08-21 à 08.01.00.png