Les chiens et les chats

Il existe des aliments végétaliens pour chiens et chats. Ils sont formulés pour répondre à leurs besoins nutritionnels particuliers. Alors que les chiens peuvent à la rigueur manger la même nourriture (supplémentée en B12) que les humains, les chats ont absolument besoin d’aliments adaptés, enrichis en substances (notamment la taurine) que leur corps ne peut pas synthétiser à partir des végétaux.

Les marques disponibles en France et en Suisse sont Benevo, Amì et Vegusto, mais il en existe d’autres. Différents produits sont disponibles : pâté, pâté mixte (convenant aux chiens et aux chats), croquettes, croquettes pour chiots, saucisses, biscuits, friandises…

On trouve ces aliments dans les boutiques véganes.

chien-chats.jpeg

 

1. Les chiens

1.1. Besoins des chiens

Les besoins nutritionnels des chiens sont semblables à ceux des humains (Case, 2011), à ceci près qu’ils ont besoin de plus d’énergie (par kg de poids corporel), plus de protéines, notamment durant la croissance (car celle des chiots est beaucoup plus rapide que celle des enfants humains) et qu’ils n’ont pas besoin d’apport alimentaire en acide ascorbique (la vitamine C). Comme la plupart des animaux, les chiens peuvent synthétiser l’acide ascorbique (qui n’est donc pas pour eux une vitamine) à partir du glucose.

Les apports recommandés en protéines sont de 18 % de l’apport énergétique pour les adultes et 22 % de l’apport énergétique pour les chiots et les chiennes enceintes1.

Bien qu’il soit plus pratique et plus équilibré de leur donner des aliments pour chiens, les chiens peuvent manger la même nourriture que les humains (à quelques exceptions près), à condition qu’elle soit correctement supplémentée en B12.

1.2. Dangers du chocolat

Le chocolat contient de la théobromine, un alcaloïde de la même famille que la caféine (qui est d’ailleurs toxique aussi pour les chiens et les chats). Les humains la métabolisent très facilement, contrairement aux chiens et aux chats. La théobromine devient dangereuse chez le chien au-delà de 16 mg/kg et la dose létale médiane est de 300 mg/kg chez le chien, ce qui correspond grosso modo à 20 g de chocolat noir par kg de poids corporel. Si votre chien a mangé du chocolat, il faut le conduire chez le vétérinaire dans les plus brefs délais. Le vétérinaire lui fera un lavage d’estomac et lui administrera au besoin des médicaments contre les convulsions et les troubles du rythme cardiaque (Gwaltney-Brant, 2001).

Contrairement aux chats, les chiens perçoivent le goût sucré et sont donc susceptibles de manger du chocolat en quantité mortelle. Il faut donc le conserver hors de leur portée.

1.3. Autres aliments à éviter

D’autres aliments sont nocifs pour les chiens et les chats. Le raisin provoque une insuffisance rénale, à partir de 32 g/kg de poids corporel chez le chien. Les oignons et l’ail endommagent les globules rouges des chiens et des chats lorsqu’ils en consomment 0,5 % de son poids corporel ou plus. Les avocats et les noix de macadamia sont aussi à éviter, bien que moins dangereux. Voir Kovalkovičová et al. (2009) pour une discussion détaillée.

2. Les chats

2.1. Besoins spécifiques du chat

Contrairement aux chiens et aux humains, les chats ne peuvent pas :

  • Transformer le bêta-carotène en rétinol, la forme active de la vitamine A2.
  • Synthétiser la taurine, un acide sulfonique présent notamment dans la bile, à partir de la cystéine, un acide aminé. La taurine est donc pour les chats une vitamine3.
  • Synthétiser les acides gras à longue chaîne (particulièrement l’acide arachidonique) à partir de l’acide linoléique (un oméga-6) et de l’acide α-linolénique (un oméga-3). Pour être précis, ils peuvent en synthétiser (Pawlosky, 1994), mais en quantité très faible et insuffisante pour couvrir leurs besoins. Il leur faut donc dans l’alimentation, outre les acides linoléique et α-linolénique, de l’acide arachidonique, de l’EPA et du DHA.
  • Réguler la dégradation des acides aminés par le foie pour produire du glucose ; cette dégradation continue même en cas d’apport faible en protéines et important en glucides. Ils ont donc besoin de quantités importantes de protéines (au moins 25 % de l’apport énergétique).

Il est donc impératif de leur donner des aliments adaptés. Les croquettes végétaliennes pour chats sont spécialement formulées pour couvrir leurs besoins. Elles sont supplémentées en taurine, en rétinol, en huiles d’algues (riches en acides gras à longue chaîne), en B12, ainsi qu’en d’autres vitamines et minéraux. À noter que les croquettes carnées sont aussi supplémentées en taurine, vitamines et minéraux.

La taurine est produite industriellement par synthèse chimique. Elle doit son nom au fait qu’elle a été isolée pour la première fois en 1827 dans de la bile de taureau.

2.2. Les glucides dans l’alimentation des chats

Les aliments industriels pour chat, qu’ils soient carnés ou végétaliens, contiennent des glucides, essentiellement de l’amidon. L’amidon est indispensable à la confection des croquettes sèches.

Les chats digèrent très bien les glucides. Leur pancréas fabrique suffisamment d’amylase pour digérer près de 95 % de l’amidon cuit ingéré (Morris et al. 1977).

J'ai cherché si une alimentation riche en glucides favorisait l’apparition du diabète de type 2, une maladie qui touche un chat domestique sur 400 environ (Rand et al. 2004), surtout des chats âgés et en surpoids. Il apparaît qu’une alimentation pauvre en glucides aide à contrôler le diabète des chats malades (Frank et al. 2001 ; Bennett et al. 2006). Par contre, chez les chats en bonne santé, l’amidon semble plutôt neutre quant au diabète (Martin & Rand, 1999 ; Backus et al. 2007). Il existe toutefois une controverse à ce sujet (voir Rand et al. 2004 ; Kienzle, 1994). Une alimentation riche en protéines et en fibres diminue le risque tandis qu’une alimentation riche en lipides ou en sucres rapides augmente le risque (Thiess, 2004).

Les croquettes végétaliennes ont globalement la même composition nutritionnelle que les croquettes carnées.

Les principaux facteurs de risque du diabète de type 2 sont l’âge, les gènes (les chats de race burmese sont plus à risque), la castration, le surpoids et la sédentarité (Rand et al. 2004 ; Slingerland et al. 2009).

2.3. État de santé des chats végétaliens

Bien que les témoignages individuels n’aient guère de valeur scientifique, ils sont rassurants quant à l’état de santé des chats végétaliens. De nombreux particuliers et responsables de refuges utilisent des aliments végétaliens et témoignent que leurs animaux se portent bien. Certains notent même une amélioration de l’état de santé de leur animal, probablement parce que les croquettes carnées bon marché contiennent des additifs, des polluants (du fait de la piètre qualité des ingrédients utilisés) que certains animaux tolèrent mal (Peden, 1999).

La première étude de long terme sur l’état de santé des chats végétaliens a été publiée en 2006. On a comparé pendant plus d’un an l’état de santé des chats nourris avec des aliments végétaliens et des chats nourris avec des aliments carnés. À la fin de l’étude, l’état de santé des chats était similaire dans les deux groupes et aucun ne présentait de carence en taurine ou en vitamine B12 (Wakefield et al., 2006).

En l’état actuel des connaissances, on peut dire que les croquettes végétaliennes sont aussi saines que les croquettes carnées de qualité équivalente et vraisemblablement plus saines que les croquettes bas de gamme faites de déchets d’abattoir et de restes d’équarrissage. Elles peuvent néanmoins poser des problèmes urinaires à certains chats mâles castrés.

2.4. Limiter les risques de lithiase urinaire

La lithiase urinaire est une maladie due à la présente de cristaux ou de cailloux (aussi appelés calculs) dans la vessie. Ces cristaux sont normalement évacués avec l’urine mais lorsqu’ils sont gros ou nombreux, ils peuvent provoquer des irritations, des douleurs, favoriser les infections urinaires et les cystites.

Les chats en général sont à risque de lithiase urinaire parce que leur urine est très concentrée. Cette maladie touche à peu près 1 chat sur 100. Mais les chats végétaliens, essentiellement les mâles castrés, sont plus à risque de lithiase urinaire pour plusieurs raisons.

  • Les végétaux sont plus riches en magnésium que la viande. Or, les cristaux de struvite (phosphate d’ammonium et de magnésium) sont très fréquents chez les chats.
  • Les végétaux sont plus alcalinisants que la viande. Ainsi l’urine des chats végétaliens est-elle moins acide que celle des chats carnivores. Or, l’acidité (pH < 7) prévient la formation de cristaux de struvite, tandis que l’alcalinité (pH > 7) la favorise. L’urine des chats est normalement acide, avec un pH entre 6 et 6,5. Une urine plus acide (pH < 6) favorise la formation de cristaux d’oxalate de calcium.
  • Chez les mâles, les cailloux peuvent obstruer l’urètre et empêcher le chat d’uriner.

Conscients de ces problèmes, les fabricants font en sorte que leurs croquettes ne soient pas trop riches en magnésium et y incorporent de la méthionine. La méthionine est un acide aminé dont la dégradation produit de l’acide sulfurique, que les reins éliminent dans l’urine. Ainsi la méthionine réduit le pH de l’urine. La plupart des chats n’ont, de ce fait, pas de problème urinaire avec les croquettes végétaliennes.

Nous recommandons de faire tester le pH urinaire des chats mâles après deux semaines (environ) de régime végétalien. S’il est trop élevé, il faudra prendre les mesures préventives ci-dessous. Par la suite, il est bon de refaire le test périodiquement (on peut le faire chez soi avec du papier pH) pour s’assurer que le pH demeure normal.

En cas de problèmes urinaires, la prévention des récidives consiste à :

  • Maintenir le pH urinaire en dessous de 6,5. Le vétérinaire pourra prescrire en cas de pH élevé des acidifiants comme la méthionine ou le chlorure d’ammonium.
  • Inciter le chat à consommer plus d’eau, en hydratant sa nourriture ou en y ajoutant un peu de sel. Et bien sûr en lui mettant à disposition de l’eau fraîche. Moins l’urine est concentrée, moins il y a formation de cristaux.
  • Éviter le surpoids et la sédentarité (deux facteurs de risque).

Il arrive que le seul moyen d’éviter une récidive à un chat soit de lui donner, faute d’équivalent végane, des croquettes carnées spécialement adaptées à la prévention des problèmes urinaires (vendues par les vétérinaires).

3. Est-ce naturel de donner aux chats des croquettes végétaliennes ?

L'appel à la nature est souvent employé pour dénigrer l'alimentation végétalienne des chats. Or :

- Les aliments pour chats, même carnés, n'ont rien de naturels et contiennent aussi divers nutriments ajoutés (de la taurine, des vitamines et des minéraux).

- L'argument éthique est le même pour les chats que pour les humains : il ne faut pas tuer d'animaux sentients sans nécessité, et ce n'est plus nécessaire pour les chats depuis l'invention des croquettes véganes. Peu importe que cette non nécessité soit due à la biologie ou à la technologie.

Pierre Sigler

Références